Semaine franco-japonaise de la mécatronique à Polytech Annecy-Chambéry

Les étudiants en 5ème année de formation d’ingénieur Mécanique des Matériaux (Polytech Annecy-Chambéry) et Mécanique Productique (itii 2 Savoies) ont participé à la Semaine de la Mécatronique du 11 au 15 septembre 2017. A cette occasion, des professeurs venus d’universités japonaises entourés de leurs homologues français de Polytech Annecy-Chambéry et de partenaires industriels ont dispensé des cours de très haut niveau sur les dernières technologies en matière de mécatronique. Parmi les intervenants :

Les conférences se sont déroulées en anglais, l’occasion pour les étudiants de parfaire leur pratique dans leur domaine de formation.

La récupération d’énergie a fait l’objet d’un focus particulier. Son objectif est d’alimenter des dispositifs électroniques, comme les capteurs autonomes communicants, à partir de l’énergie ambiante présente dans l’environnement (énergie solaire, thermique, énergie des vibrations, etc.). Le 12 septembre, sur le site annécien de Polytech, les experts français et japonais ont présenté les dernières avancées académiques dans ce domaine et les possibilités de transfert technologique vers le milieu industriel.

Une visite du site industriel de SOMFY à Cluses, leader mondial de l’automatisation des ouvertures et fermetures du bâtiment, est venue enrichir le programme.

Point d’orgue de la semaine : le challenge inter étudiants. Chaque équipe mixte franco-japonaise a présenté un produit mécatronique innovant, en 5 minutes, devant un jury d’universitaires et de professionnels comme en témoigne Jean-Paul BURNIER, Président de l’Itii 2 Savoies et de la Chambre Syndicale de la Métallurgie de Haute-Savoie « j’ai eu le plaisir de participer au jury de présentation des projets traités par des élèves ingénieurs qui ont fait preuve de beaucoup d’aisance et ont été brillants ! »

Etudiants japonais, apprentis ingénieurs en Mécanique Productique à l’itii 2 Savoies et étudiants en Mécanique des Matériaux à Polytech Annecy-Chambéry en formation initiale ont croisé leurs compétences pour relever le défi. Ils ont été évalués sur leur capacité de travail en groupe, l’aspect innovant de leur projet, sa faisabilité technique, son impact économique ou sociétal et sur la qualité de leur présentation…le tout en anglais. Mission accomplie !